Aller au contenu

Point actualité semaine du 11 au 15 avril 2022

20 avril 2022

Que s’est-il passé cette semaine sur le marché de la santé ?

CHEZ NOS CLIENTS ET PROSPECTS

 

Blockchain : Generali poursuit ses expérimentations

Argus de l’Assurance – 15/04/2022

  • Quelques mois après Axa IM, Generali Insurance Asset Management s’associe à son tour avec la Société générale pour réaliser une transaction via la blockchain. Une démarche encore rare dans le secteur.
  • L’assureur annonce avoir mené sa première transaction par ce biais, en se basant sur l’infrastructure Ethereum (deuxième crypto monnaie la plus répandue, après le Bitcoin). Il a acheté des tokens de l'obligation numérique émise en avril 2021 par la Banque européenne d'investissement (BEI). Elle a été plus précisément menée par Generali Insurance Asset Management pour le compte de la filiale française Generali IARD, pour un montant d’un demi-million d’euros, en collaboration avec Forge, la filiale de la Société générale dédiée à la blockchain et aux cryptomonnaies.

 

Résultats 2021 : Un excellent cru pour la Matmut

News Assurances Pro – 14/04/2022

  • Après avoir passé la crise sans encombre, Matmut a présenté des résultats positifs sur toutes les branches de métiers. En 2021, le chiffre d’affaires augmente de 5,1 %, à 2,4 Mds d’euros, pour un total de 4,1 millions de sociétaires, soit 92 400 supplémentaires sur un an. Le résultat net du groupe progresse, quant à lui, de 47,8 % et atteint 88,1 M d’euros. 
  • Sur l’année, le groupe comptabilise 1,1 M d’euros d’affaires nouvelles engrangées, soit une progression de 9,4 % par rapport à 2020. Le nombre de souscriptions est supérieur de 1,4 % par rapport à la situation d’avant crise en 2019.

 

Covéa/PartnerRe : le rapprochement approuvé par l’Europe

News Assurances Pro – 14/04/2022

  • La Commission avait reçu la notification de l’opération le 21 mars dernier et avait enclenché une procédure simplifiée pour examiner le dossier. Le groupe Covéa coche donc une étape de plus dans le rachat de PartnerRe qui doit aboutir dans le courant du premier semestre de cette année.
  • Depuis plusieurs années, Covéa tente de se diversifier dans la réassurance. Le groupe mutualiste qui vient d’enregistrer un chiffre d’affaires de 19 Mds d’euros, avait un temps lorgné sur Scor. Une bataille judiciaire entre les deux entreprises françaises et leurs dirigeants avait alors défrayé la chronique. Une première tentative de rachat de PartnerRe n’avait pas abouti en 2020 avant la reprise des discussions courant 2021.

 

Résultats 2021 : le groupe Agrica dans le rouge

News Assurances Pro – 13/04/2022

  • Après une année impactée par la crise, Agrica enregistre un chiffre d’affaires en prévoyance de 239M d’euros, en hausse de 5% sur un an. L’activité santé affiche de son côté un chiffre d’affaires de 175,1M d’euros, contre 180,9 M d’euros l’année précédente, en baisse de 3,2%, en raison notamment du rattrapage des soins non effectués durant la crise sanitaire.

 

Gestion : AG2R La Mondiale crée une co-entreprise avec BE YS/Almerys

News Assurances Pro – 13/04/2022

  • AG2R La Mondiale a créé une co-entreprise avec le groupe BE YS/Almerys afin de concevoir une plateforme de gestion en santé et prévoyance.
  • AG2R La Mondiale souhaite moderniser son outil de gestion des contrats santé et prévoyance. Selon un audit externe, l’investissement nécessaire pour faire évoluer l’outil de gestion maison d’AG2R La Mondiale serait de 35 millions d’euros. Face à ce coût considérable, AG2R La Mondiale aurait trouvé une alternative. Le projet, baptisé « sky » en interne, sera dévoilé par le nouveau directeur général Bruno Angles début mai, après sa prise de fonctions.

 

Résultats 2021 : Thélem assurances, doucement mais surement

News Assurances Pro – 13/04/2022

  • Après avoir fait preuve de résilience durant la crise sanitaire, le groupe Thélem assurances persévère. En 2021, l’acteur mutualiste dévoile un chiffre d’affaires en progression de 3,1 %, à 402,4 M d’euros. Il avait enregistré une hausse de 4,2 % en 2020. L’entité Thélem assurances présente un chiffre d’affaires de 387,9 M d’euros, contre 377,3 M d’euros en 2020.

 

Groupe MGEN : Les mutuelles résistent malgré la hausse des prestations

News Assurances Pro – 13/04/2022

  • Les mutuelles du groupe MGEN ont publié leurs rapports SFCR (Rapports sur la Solvabilité et la Situation Financière) pour l’exercice 2021. Malgré la hausse des prestations, l’activité se développe et le résultat net de la mutuelle MGEN reste positif.
  • Comme les autres acteurs du marché, elles ont enregistré en 2021 une hausse des prestations liée à la reprise de la consommation de soins après une année 2020 moins dynamique. La mutuelle MGEN, vaisseau amiral du groupe, a réussi à développer son portefeuille d’agents et contractuels de la fonction publique. Les cotisations ont progressé de 2,5 % pour atteindre 2,57 Mds d’euros en 2021.

 

Aéma Groupe : un premier exercice dans le vert

News Assurances Pro – 12/04/2022

  • Aéma Groupe a dévoilé son premier rapport SFCR depuis sa création officielle au 1er janvier 2021. Ce rapport « unique » compile les résultats de 8 de ses entités (Macif SAM, Mutavie, Aésio mutuelle, Apivia Macif Mutuelle, Macifilia, Thémis, la Mutuelle nationale des personnels d’Air France et Nuoma), précise le groupe mutualiste.
  • A cela s’ajoute le 4e trimestre réalisé par Aviva France devenu depuis Abeille Assurances et dans le groupe Aéma depuis le 30 septembre 2021. Une fois le périmètre posé, le rapport SFCR affiche un chiffre d’affaires de 11.033M d’euros réparti de manière équilibrée entre le dommages (36 %), la santé/prévoyance (29 %) et l’épargne (36 %).

 

Concentration : BPCE Mutuelle et CGPCE veulent créer un groupe prudentiel

News Assurances Pro – 11/04/2022

  • La mutuelle BPCE et l’institution de prévoyance CGPCE ont déposé une demande à l’Autorité de la concurrence pour créer une société de groupe assurantiel de protection sociale (SGAPS).
  • La mutuelle BPCE assure la couverture santé des salariés et anciens salariés des Caisses d’Epargne et d’autres entreprises du groupe BPCE. Elle propose aussi des garanties santé complémentaires individuelles ainsi que des assurances de prêts assurés par CNP Assurances.
  • De son côté, la Caisse Générale de Prévoyance des Caisses d’Epargne (CGPCE) assure la couverture prévoyance et la retraite supplémentaire des salariés et anciens salariés des Caisses d’épargne et d’autres entreprises du groupe BPCE.


 

SUR NOS DOMAINES D'INTERVENTION

 

Assurtech : Seyna se lance dans l’assurance de personnes

Argus de l’Assurance – 13/04/2022

  • Le directeur général du néo-assureur Seyna, Stephen Leguillon, vient de confirmer le lancement d’offres dédiées en prévoyance et santé.
  • Seyna va bel et bien au-delà du ‘dommages’. Le néo-assureur créé en 2020 vient de lancer de nouvelles offres en prévoyance et santé, qu’il entend promouvoir auprès de sa communauté de courtiers partenaires. Jusqu’à présent, Seyna se concentrait sur cinq verticales d’activité assurantielle, après en avoir expérimenté un certain nombre d’autres : garanties casse/vol/panne, santé animale, panne mécanique, loyers impayés et annulation billets/voyage. L’assurance de personnes est donc une nouveauté pour l’assurtech.

 

Assurance emprunteur : les effets incertains de la loi Lemoine

Argus de l’Assurance – 13/04/2022

  • La loi Lemoine entend tout à la fois favoriser baisse des tarifs et accès à l’assurance emprunteur. Mais les mesures adoptées laissent le marché dans l’expectative sur l’atteinte d’objectifs a priori antagonistes.
  • Le 28 février était promulguée la loi dite Lemoine. Visant, à l’origine, à instaurer la résiliation à tout moment en matière d’assurance emprunteur, le texte finalement adopté est d’une mouture bien plus ambitieuse. Outre la résiliation infra-annuelle (RIA), la loi instaure également l’extension du droit à l’oubli et la suppression du questionnaire de santé dans certaines conditions. Cette loi vient couronner dix ans d’évolutions réglementaires aux effets assez modestes. Les lois Lagarde et Hamon, puis l’amendement Bourquin, qui visaient à ouvrir le marché à la concurrence, n’ont pas bouleversé les équilibres. L’assurance emprunteur - dont les cotisations excédaient 10 Md € en 2020, selon Facts & Figures - demeure largement dominée par les bancassureurs qui représentent, via des contrats groupes ou individuels, 88 % des parts de marché, selon les derniers chiffres du Comité consultatif du secteur financier.
  • Soucieux d’adapter au mieux leur tarification sur les prêts de moins de 200 000 €, les assureurs pourraient miser sur de nouveaux indices pour cerner leurs clients. « Il va falloir trouver d’autres manières de connaître le client que par le biais du questionnaire médical. Les données comportementales pourraient apporter des réponses et donc beaucoup se développer dans le respect des contraintes réglementaires », explique Laurent Pecqueux, associé au sein du cabinet de conseil Oresys. « Il faudra trouver des informations non liées à la santé, mais caractéristiques d’un risque aggravé. Il pourrait s’agir du lieu du domicile ou des habitudes de vie, par exemple », précise le directeur des partenariats chez Prévoir-Vie, David Dubois.

 

Téléconsultation : la CNAM et les syndicats signataires de l'avenant 9 publient une charte de bonnes pratiques

TIC Santé – 13/04/2022

  • "L'objectif de cette charte est de faire connaître aux médecins les recommandations et obligations essentielles au regard de la pratique de l'activité à distance", explique la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie.
  • La charte énumère les conditions requises pour la pratique de la téléconsultation, qui "doit répondre aux mêmes exigences que l'exercice médical en présentiel". Les principes conditionnant la prise en charge par l'assurance maladie sont rappelés : le respect du parcours de soins coordonné, l'alternance de consultations physiques et à distance, le respect du principe de territorialité et l'interdiction de réaliser plus de 20 % du volume d'activité globale conventionnée à distance par an.

 

POUR LA CULTURE GÉNÉRALE

 

Enjeux et opportunités pour l’assurance en zone EMEA

News Assurances Pro – 15/04/2022

  • La crise liée au COVID 19 a provoqué pour les assureurs une baisse des primes souscrites, une augmentation de la sinistralité, et une volatilité des actifs financiers.
  • Malgré ces effets négatifs, les assureurs ont fait preuve de résilience et le niveau de reprise de leur activité suite au relâchement des mesures sanitaires s’est montré tout à fait satisfaisant. La reprise des activités dans un contexte toujours incertain, notamment sur le plan financier constitue à court terme le principal enjeu auquel les assureurs en zone EMEA (l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique) devront faire face. Sur le long terme, ils seront aussi confrontés au changement climatique, aux questions de cybersécurité ainsi qu’à l’augmentation de la fréquence et du coût des sinistres. 
  • Bien que le secteur de l’assurance ait été l’un des secteurs les plus résilients à la crise de COVID 19 et que les assureurs semblent bien préparés pour faire face aux futurs défis auxquels ils sont exposés, les changements opérationnels comme la digitalisation des services, la cyber sécurité et la dépendance à des serveurs cloud pourraient entraîner une hausse des coûts susceptible de peser sur leur bilan. La capacité des assureurs à développer leurs propres outils informatiques et à réduire leur dépendance aux entreprises technologiques sera un réel avantage compétitif.

 

Assurer les risques systémiques : Les propositions du CESE

News Assurances Pro – 14/04/2022

  • Crise sanitaire, conflit en Ukraine assorti de menaces cyber, ou encore urgence climatique mettent le système assurantiel sous pression. Ces risques contraignent les mécanismes de mutualisation du secteur en raison de leur caractère systémique.
  • Le CESE, présidé par Thierry Beaudet, s’est penché sur ces enjeux. Il formule plusieurs propositions afin de coordonner secteurs public et privé, et de réviser les techniques assurantielles classiques. La première préconisation relève du bon sens. Pour mieux couvrir un risque, il est nécessaire de bien le connaître. A cet effet, le Cese pointe la nécessité de mettre en place un véritable risk management public. « L’État doit jouer pleinement son rôle de coordinateur et de stratège en créant une autorité politique au plus haut niveau de l’État de plein exercice, chargé de la prévention et de la gestion des risques majeurs », écrit-il.