Aller au contenu

Point actualité semaine du 7 au 11 mars 2022

17 mars 2022

Que s’est-il passé cette semaine sur le marché de la santé ?

CHEZ NOS CLIENTS ET PROSPECTS

 

Macif : “2021, une année riche et positive”, selon ses dirigeants

News Assurances Pro - 10/03/2022

  • Dans la foulée d’un plan stratégique orienté sur le retour aux fondamentaux techniques, la Macif s’est dotée d’une nouvelle feuille de route qui doit la transformer en numéro 1 de la relation client. 
  • Sur le volet relation client, la Macif annonce ainsi avoir unifié l’accessibilité de ses trois métiers (IARD, protection sociale, épargne). 
  • Sur le volet sociétal, 2021 était consacré à la jeunesse, en 2022, la mutuelle d’assurance mettra l’accent sur l’environnement et le développement durable. « Notre ambition est que 99% de nos investissements passent par le filtre ESG », indique le président.
  • Sur le volet économique, la Macif se targue ainsi d’avoir recruté 79.000 sociétaires supplémentaires en 2021. La mutuelle d’assurance a par ailleurs réalisé 2 millions de contrats. Un chiffre exprimé en brut. En net, cela se matérialise par 215.000 nouveaux contrats en IARD, 100.000 en prévoyance et 80.000 en santé. Enfin, sa filiale consacrée à l’épargne, Mutavie, affiche une collecte nette de 550M d’euros.
  • Aéma Groupe, maison-mère de la Macif, a été particulièrement active sur le combat pour la mise en œuvre de la résiliation infra-annuelle en assurance emprunteur. Pour autant, la fin du questionnaire de santé montre que la suppression de la sélection médicale pourrait renchérir les tarifs alors même que le but de la RIA était de faire baisser le coût de l’assurance emprunteur.
  • Enfin, en 2022, la mutuelle devrait lancer une nouvelle offre en automobile, ainsi qu’en santé individuelle. En outre, dans la lignée de sa prise de participation majoritaire au capital de Crédit expert, courtier en crédit immobilier, la mutuelle prévoit le lancement d’une offre de courtage en crédit immobilier.

 

Résultats 2021 : “Du jamais vu depuis 10 ans” pour Groupama

News Assurances Pro - 11/03/2022

  • Un niveau de bénéfice net jamais atteint depuis une décennie, le chiffre d’affaires gagne 7,5% et atteint 15,5Mds d’euros.
  • Ce net rebond est largement à mettre au crédit de l’assurance de personnes. Ce segment de marché gagne 10,6% à 7,8Mds d’euros de chiffre d’affaires. Pour la première fois, l’assurance de personnes devance l’assurance de biens et de responsabilités, Groupama gagne des parts de marché.
  • La comparaison avec 2020 reste toutefois biaisée puisque le groupe avait payé 91M d’euros de taxe Covid et 28M d’euros au titre de l’abondement au fonds de solidarité.

 

Le groupe Malakoff Humanis enregistre une hausse de 5% de son chiffre d’affaires en 2021, portée par l’assurance individuelle. Le résultat net bondit à 222M d’euro

News Assurances Pro - 09/03/2022

  • Après un exercice 2020 déficitaire (-146M d’euros de résultat net), Malakoff Humanis a conclu l’année 2021 en beauté. Le groupe paritaire affiche un résultat net positif de 222M d’euros. Ce bond du bénéfice s’explique par une baisse de 35 millions d’euros des frais généraux et l’absence d’impôts sur l’exercice 2021 consécutive à une régularisation fiscale.
  • En assurance collective, 400.000 entreprises clientes et le chiffre d’affaires reste stable à 2,8Mds d’euros en santé et à 1,9Md d’euros en prévoyance. L’assurance individuelle représente 1,5Md d’euros, soit presque 25% de son activité. Malakoff Humanis a décidé de geler les tarifs de ses contrats individuels pour 85% de ses clients en 2022.
  • En prévoyance, Malakoff Humanis constate une hausse des arrêts de travail longs, liée à l’augmentation de l’âge moyen des salariés. Un éventuel report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 65 ans aurait un impact important sur les arrêts de travail des salariés en fin de carrière (estimation à 10Mds d’euros sur les prestations prévoyance de l’ensemble du marché).
  • Sur la future réforme de la protection sociale complémentaire des fonctionnaires (PSC), Malakoff Humanis prévoit de répondre aux appels d’offres sans avoir besoin d’une mutuelle spécialiste de l’assurance individuelle facultative. Potentiellement, définir un tarif pour les 5 prochaines années, dans le cadre d’appels d’offres publics présente un risque. Est-ce que l’employeur public est prêt à discuter pour suivre la sinistralité ? Ce sera le premier critère de décision Malakoff Humanis.

 

Axa Partners France : Paul-Antoine Cristofari nommé directeur général

News Assurances Pro - 09/03/2022

 

CNP Assurances : Départs et arrivées au conseil d’administration

News Assurances Pro - 09/03/2022

  • La composition du conseil d’administration de CNP Assurances accueille de nouveaux visages. Après avoir nommé une nouvelle présidente durant l’été 2020, la gouvernance comptabilise un administrateur indépendant supplémentaire arrivant de Lloyd’s Europe et un nouveau représentant des salariés venu remplacer Philippe Bartoli.
  • Les administrateurs proposés par La Banque Postale, actionnaire majoritaire du bancassureur sont au nombre de neuf, composés de trois nouveaux arrivants dont Philippe Heim, Bertrand Cousin et Nicolas Eyt.

 

Mutuelles : Sophie Létang quitte Intériale

News Assurances Pro - 07/03/2022

  • Sophie Létang, membre du DGLAB et directrice de la transformation, de la RSE et du capital humain d’Intériale, quittera la mutuelle le 18 avril.
  • Sophie Létang a rejoint Intériale en 2020. Elle a notamment piloté le projet de transformation de la mutuelle et déployé un mode agile au sein de l’entreprise.
  • Sophie Létang ne sera pas remplacée sur son poste actuel chez Intériale. Pour faire face à la réforme de la PSC des fonctionnaires, la mutuelle a fait le choix d’une évolution interne de son organisation.
  • Fabrice Grière, directeur général adjoint, pilotera, outre le développement de la marque LMDE et les projets d’alliances stratégiques, la transformation sur les enjeux RSE, communication interne et achats/immobilier.
  • Jean-Marc Dessalas, jusqu’alors directeur des systèmes d’information, se voit confier la mission de mener à bien le plan de transformation opérationnelle de la mutuelle. Pour ce faire, il rejoint le DGLAB et encadrera les trois domaines clés de la transformation opérationnelle que sont les projets et organisation, le capital humain, et le SI.

 

SUR NOS DOMAINES D’INTERVENTION

 

Santé : L’Unocam signe la nouvelle convention avec les pharmaciens

News Assurances Pro - 10/03/2022

  • La nouvelle convention signée le 9 mars par l’ensemble des syndicats représentatifs des pharmaciens, la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO) et l’Union nationale des organismes complémentaires d’assurance maladie (Unocam) prévoit d’élargir le champ d’intervention des pharmaciens en matière de prévention et d’accompagnement des patients avec un investissement de 130 millions d’euros pour l’assurance maladie obligatoire et complémentaire sur 2022 et 2023.
  • Par exemple, les pharmaciens pourront réaliser l’ensemble des vaccinations de l’adulte, participer au dépistage organisé du cancer colorectal ou encore faciliter le dépistage et la prise en charge des cystites aiguës chez les femmes.
  • Les organismes complémentaires sont concernés par les nouvelles attributions des pharmaciens sur plusieurs aspects : 
    • Pour les assurés couverts par une complémentaire santé responsable, l’organisme assureur devra prendre en charge le ticket modérateur sur les honoraires liés aux rappels vaccinaux. Implication dans le financement du dépistage des infections urinaires simples chez la femme.
    • La convention introduit un nouvel accompagnement visant à passer des messages de prévention à une population cible. Les complémentaires prendront en charge le ticket modérateur de cet accompagnement par les pharmaciens d’officine qui prendra la forme d’un entretien de sensibilisation.
    • Dès que la législation le permettra, les complémentaires devront financer une partie de « la dispensation à domicile de médicaments, en intégrant les pharmaciens dans les dispositifs PRADO de retour à domicile des patients hospitalisés », précise l’Unocam. 
  • Parmi les nouveautés de la convention, le « pharmacien correspondant » pourra dans les zones à faible densité médicale renouveler les traitements chroniques ou ajuster les posologies. Également les bases pour une rémunération de l’assistance à la téléconsultation en officine (modalités de financement devant être réexaminées afin d’évoluer vers une rémunération à l’acte individualisé permettant un co-financement AMO-AMC).
  • Toujours dans le domaine de la e-santé, les pharmaciens auront une rémunération sur objectifs pour le développement du numérique en santé et l’accès aux soins : alimentation du dossier médical partagé, utilisation de la messagerie sécurisée « Mon espace santé » ou encore généralisation de la e-prescription qui deviendra obligatoire d’ici 2024, tout comme le déploiement de l’application carte vitale.

 

Épargne : La transparence des frais officiellement actée

News Assurances Pro - 07/03/2022

  • L’arrêté venant renforcer la transparence des frais des produits de retraite a été publié au Journal officiel du 6 mars 2022. L’entrée en vigueur prévue le 1er juillet prochain est confirmée et implique la mise en ligne d’un tableau standard mettant en avant les frais totaux pour chacun des produits distribués.
  • Par conséquent, les acteurs financiers devront mettre à disposition de tous – et avant l’ouverture du plan – la performance brute et nette de l’actif pour l’année N-1. A cela s'ajoutent les frais de gestion de l’actif, les frais de gestion du plan, les frais totaux, la performance finale pour le titulaire ainsi que le taux de rétrocession de commission. Afin d’en faciliter la lecture, ils seront tous indiqués en pourcentage.

 

Pour la culture générale

 

Présidentielle 2022 : retour sur le Grand Oral de la Mutualité Française

La mutualité Française - 09/03/2022

  • Près de 350 mutualistes, parlementaires, acteurs de la santé et de la protection sociale ont assisté au Grand Oral des candidats à la présidentielle organisé par la Mutualité Française, le 1er mars. Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (EELV), Valérie Pécresse (LR) et Fabien Roussel (PCF) ont présenté leur programme santé et protection sociale et ont été interrogés par des think tanks et des mutualistes.
  • Les sujets qui tiennent à cœur des Français ont été abordés par les candidats : déserts médicaux, plan d’urgence pour l’hôpital, santé des jeunes, remboursements des soins...
  • Lors de ce Grand Oral, la Mutualité Française a présenté les résultats d’une vaste enquête, menée par Harris Interactive, sur le regard des Français concernant le système et les enjeux de santé.
  • Parmi les réponses recueillies :
    • 43% des Français considèrent que le système de santé fonctionne mal
    • 58% ont renoncé à des soins à cause des délais d’obtention d’un rendez-vous
    • 76% sont préoccupés par le risque de dépendance et la perte d’autonomie
    • 80% souhaitent le développement d’actions de prévention pour limiter l’apparition de problèmes de santé
  • Pour en savoir plus https://www.mutualite.fr/presse/le-regard-des-francais-sur-le-systeme-et-les-enjeux-de-sante-dans-la-perspective-de-lelection-presidentielle/

 

Dominique Pon quittera la délégation ministérielle au numérique en santé fin avril

TIC Santé - 08/03/2022

  • A ce poste depuis la création de la DNS en avril 2019, Dominique Pon, 51 ans, a piloté le chantier numérique de la stratégie "Ma santé 2022", mis en œuvre par la ministre des solidarités et de la santé de l'époque, Agnès Buzyn.
  • Il a coécrit avec Annelore Coury, alors directrice déléguée à la gestion et à l'organisation des soins à la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), le rapport qui a précédé ce chantier et prévoit notamment la création de l'Espace numérique de santé (ENS).

 

La medtech française en quête de champions

Le Monde - 07/03/2022

  • Développé en collaboration avec le CEA-Leti, le bracelet connecté de la jeune medtech rennaise Biosency, mesure en permanence le taux de saturation en oxygène, le rythme cardiaque et la fréquence respiratoire. Les données sont transmises au médecin, qui peut alors immédiatement adapter le traitement du patient en cas d’anomalie. Un gain pour le malade, qui évite une hospitalisation, mais aussi pour le budget de la Sécurité sociale. Près de 600 patients en France ont déjà profité de cette innovation tricolore.
  • C’est l’une des innovations santé présentée à l’occasion du salon MedInTechs les 8 et 9 mars.
  • Méconnue, la medtech française, qui regroupe l’ensemble des fabricants de technologies et dispositifs médicaux utilisés pour soigner ou améliorer la vie des malades (seringues, pansements, organes artificiels, robots chirurgicaux, applications numériques…), connaît un regain d’attention depuis la crise sanitaire. Fin février, le gouvernement a décidé de lui consacrer une enveloppe de 400 millions d’euros afin de faire émerger des champions mondiaux.
  • Car si le marché tricolore des medtech, avec près de 31 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2021, est aujourd’hui le plus important du continent après le marché allemand, l’Hexagone peine à faire éclore sur son sol des géants, malgré des pépites prometteuses. Quelques poids lourds, à l’image de BioMérieux dans le diagnostic in vitro, ou d’Urgo dans le traitement des plaies, existent, mais ils restent rares.